Accueil Non classé En pointillé

En pointillé

0
0
167

J’ai commencé l’accompagnement scolaire le 29 août à l’association Essor. J’ai travaillé avec une élève de 5ème qui s’appelle Khadija. Nous avons fait du calcul : des additions de nombres relatifs, des opérations avec fractions, des calculs avec parenthèses en respectant les règles de priorité.

Il n’y a pas eu d’accompagnement la semaine de la rentrée mais j’y suis retourné les samedis qui ont suivi. Je n’ai plus revu khadija. Le créneau du samedi matin ne doit pas lui convenir. Je l’ai vue dans une vidéo sur la page Facebook dans le cadre de la « semaine des Arts en musique ».

J’ai un nouveau compagnon de route. Il s’appelle Harrison. Il est en quatrième. Il a de grosses difficultés scolaires. Nous avons rédigé ensemble une lettre de demande de stage, travaillé l’anglais et les maths. Entre deux exercices, nous échangeons sur nos passions : nous partageons le goût du rap et des mangas mais je n’ai pas osé lui apporter mes dessins. Peut-être parce que ça fait un bon moment que je n’ai pas touché à la tablette graphique.

Et puis sont arrivés les vacances de la Toussaint et le confinement. J’ai laissé mes coordonnées à Nora (une responsable de l’association) pour du distanciel mais, sans surprise, je n’ai pas eu de retours. Cela ne fonctionne pas au niveau collège. Heureusement pour ces jeunes que les cours dans les établissements sont maintenus en présentiel.

C’est aussi le cas, à 100%, dans mon lycée. Les potes qui fréquentent les lycées alentour sont en classe un jour sur deux. Autant dire que l’ambiance de travail n’est pas au rendez-vous. Ils me disent haut et fort : « c’est la sagada ! »

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par clemant
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Dix-sept

Les résultats des épreuves anticipées de français sont tombés hier. J’ai eu 17 à l&r…