Accueil Non classé L’or et le sel avec Orelsan

L’or et le sel avec Orelsan

0
0
249

J’ai répondu à la question suivante sur Parcoursup : choisissez une œuvre musicale ou cinématographique (film, série, animation) du 21ème siècle qui mériterait selon vous de traverser les époques. Expliquez et justifiez votre choix.

Contrairement à d’anciens titres, l’album Civilisation d’Orelsan ne porte aucun relent sexiste ou homophobe. L’artiste a gagné en sagesse. Moins provocateur, il ne vocifère plus contre l’autorité étatique, ou alors la dénonciation est fugace : « on prend des mongols, leur donne des armes » chante-t-il pour évoquer la police. Si on omet la petite polémique sur l’usage du mot « mongol » jugé raciste par un petit nombre, L’odeur de l’essence, publié en éclaireur sur YouTube deux jours avant la sortie dans les bacs en novembre 2021, ne sent pas le soufre. Il a reçu un accueil très favorable et l’album a tenu la promesse de la qualité annoncée par son titre phare. En donnant à voir une photographie haute définition de la société française, Civilisation est un objet sociologique de grand intérêt qui mérite de traverser les époques parce qu’il offre un parfum de l’essence du moment actuel.

Quand les historiens à venir se pencheront sur la France des années 2020, ils seront bien inspirés d’étudier la fresque sociale dense et touffue proposée par Orelsan. Alors que le mot « civilisation » renvoie à un haut degré de développement d’une société, le rappeur en décrit le déclin dans L’odeur de l’essence. Comme un prophète qui scande ses visions, à grand coup de litanies, il lui prédit le « crash », sort qu’ont connu de grandes civilisations de référence « comme les Mongols, comme les Égyptiens, … ». Le coup de force d’Orelsan est de ne jamais se tenir hors-sol, en surplomb. Il reste à hauteur d’hommes. Ainsi, les grandes théories s’incarnent : « Mamie vote Marine » ou un « connard facho » parce qu’elle et ses amis sont persuadés « qu’des étrangers vont v’nir dans leurs salons pour les remplacer ». Si l’anaphore est une figure de style récurrente du rap, Orelsan est un virtuose de l’hypotypose et dans Manifeste, deuxième titre du centre de gravité de l’album, il plonge son public au cœur d’une manifestation qui dégénère. Le personnage France, mère célibataire au SMIC, qui manifeste pour les retraites, meurt après un tir de LBD. Orelsan évite tout manichéisme : la mort de France surgit dans la confusion, après le pillage d’un magasin et une altercation avec des policiers auxquels a participé le personnage ivre Mickey.

Si l’alcool est un thème récurrent de l’œuvre, au cœur de Bébéboa, condamné sans détours dans le vers : « Les parents boivent, les enfants trinquent », il est une autre ivresse, largement dénoncée dans Rêve mieux : celle des réseaux sociaux. Orelsan met en garde contre la publication compulsive de « trucs complotistes bas d’gamme » ou de posts (retweetés et déformés), et contre le syndrome FOMO : « Adieu twitter insta snap dommage je vais rater quelques mèmes » chante-t-il dans Seul avec du monde autour. Même si on « oublie jamais qu’c'est faux » sur les réseaux, on est parfois trompé par le monde des apparences parce que « Qu’la vie parait fade quand tu vois l’meilleur des autres ». Lucidité en filigrane mise à mal ! Lucidité encore ébranlée en matière d’écologie. Dans Baise le monde, le chanteur remonte de façon consciente l’interminable chaîne de fabrication de son jogging mais est incapable de casser le cycle infernal de la consommation. « Faut qu’on brise ce putain d’cercle, il est vicieux c’putain d’cercle » résonne comme une faillite.

Le président Macron et une partie de l’élite ont fait l’éloge de Civilisation. Si on peut y lire une dose d’opportunisme à quelques mois des élections présid entielles, on peut aussi croire à la sincérité du coup de cœur du Président tant Civilisation est une œuvre magistrale. Un album qui, malgré son pessimisme, pousse à s’engager. Que mettre en œuvre, en matière d’éducation par exemple, pour que les futurs citoyens utilisent mieux les réseaux sociaux, consomment mieux… ? Si le bon sens fait dire « J’sais pas comment sauver l’monde », l’œuvre invite à réfléchir et à agir collectivement. Et pourquoi pas, au passage, « être le héros d’son propre shonen ».

Orelsan

  • La révolte des boxers

      Un sujet : La révolte des boxers, le choix d’une image et son commentaireR…
  • Lion ou renard ? Les deux, mon capitaine !

    Voilà une semaine hyper stressante qui s’achève sur une excellente nouvelle : je sui…
  • Retour sur Clemant

    Je mets en avant clemant.unblog.fr dans mon dossier Parcoursup. J’ai donc été amené …
Charger d'autres articles liés
  • La révolte des boxers

      Un sujet : La révolte des boxers, le choix d’une image et son commentaireR…
  • Lion ou renard ? Les deux, mon capitaine !

    Voilà une semaine hyper stressante qui s’achève sur une excellente nouvelle : je sui…
  • Retour sur Clemant

    Je mets en avant clemant.unblog.fr dans mon dossier Parcoursup. J’ai donc été amené …
Charger d'autres écrits par clemant
  • La révolte des boxers

      Un sujet : La révolte des boxers, le choix d’une image et son commentaireR…
  • Lion ou renard ? Les deux, mon capitaine !

    Voilà une semaine hyper stressante qui s’achève sur une excellente nouvelle : je sui…
  • Retour sur Clemant

    Je mets en avant clemant.unblog.fr dans mon dossier Parcoursup. J’ai donc été amené …
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Juste la fin du monde

Sujet : En quoi le langage particulier des personnages de Lagarce devient-il le sujet prin…